jeudi 29 novembre 2012

LE PROVINCIAL KABILA PROTAIS EN PARLE



A.R.T. : Révérend Père Provincial, tout juste après l’annonce de la prise d’otages de nos trois confrères, vous vous êtes rendu sur le lieu pour vous enquérir de la situation et alerter toutes les forces tant militaires qu’administratifs de la région. Quel est l’état de la situation (le contexte de la prise d’otage, l’évolution de la situation, les réactions de la population, des fidèles, des autorités, etc.) ?
PERE PROVINCIAL : La situation de l’enlèvement de nos confrères reste confuse. Tous les trois prêtres se trouvaient en communauté et chacun devait se retirer pour dormir.  Nos confrères n’ont jamais eu d’intérêt politique, ils étaient tous nouveaux dans le milieu sans aucune sorte d’influence et je ne voudrais pas lier de prime à bord cet évènement malheureux à la politique ou aux politiciens congolais même s’ils peuvent nous aider à débloquer cette situation. La population civile se trouve impuissante, je dirai même que l’autorité militaire n’a pas la solution.

A.R.T. : Pourquoi les ravisseurs s’en prennent-ils aux prêtres qui se consacrent à l’annonce de l’Evangile de la paix pour un monde fraternel comme s’interroge Mgr Nicolas Djomo, président de la CENCO dans son message du lundi 22 octobre 2012 qui a condamné fermement cet enlèvement de nos trois confrères ? Les assaillants ont-ils des agendas cachés (un problème de finances, d’ignorances, de méchancetés) ?
PERE PROVINCIAL : Dans la forêt les ravisseurs n’ont pas de morale. Ce sont des personnes aigries qui se vengent sur la paisible population. Des agendas cachés mêlés d’ignorance, méchanceté, finance, c’est presque certain. Ils veulent aussi faire parler d’eux.
A.R.T. : Selon des sources indépendantes rapportées par Radio Vatican, les ravisseurs de cette prise d’otages pourraient être des rebelles ougandais de l’ADF/Nalu. Disposez-vous   de quelques pistes afin de parvenir à retrouver ces trois religieux prêtres Assomptionnistes enlevés ? 
PERE PROVINCIAL : Je n’ai pas eu de contact avec eux pour les identifier. Mais dans cette foret dense, il y a toute la mafia, plusieurs bandes armées, dont les ADF/Nalu.

A.R.T. : Nous avons appris que plusieurs personnes malhonnêtes cherchent à obtenir de l'argent auprès des assomptionnistes pour la libération de nos trois confrères. Qu’en est-il ?
PERE PROVINCIAL : Plusieurs escrocs se présentent au téléphone avec plusieurs solutions. Mais personnes ne permis d’écouter les voix des confrères.
A.R.T. : Qu’est-ce qui reste à faire pour dénouer cette situation confuse qui éprouve l’élan missionnaire notre Province Assomptionniste d’Afrique ? Avez-vous un message à  adresser aux ravisseurs de nos trois confrères ?
PERE PROVINCIAL : Aux ravisseurs, qu’ils nous remettent nos chers confrères, et d’autres victimes de l’incompréhension socio –politique des Grands lacs. Et que la Communauté internationale privilégie la paix, la concorde dans nos pays. Qu’elle cesse  d’octroyer des armes aux différentes milices ou rébellions. Avec la paix, elle continuera à bénéficier de nos différentes ressources du sol, du sous sol, etc .
A.R.T. : Merci beaucoup Révérend Père Provincial d’avoir répondu généreusement à nos questions.
PERE PROVINCIAL : Je vous en prie

2 commentaires:

  1. Enfin, j'ai quelques propos officiels. Le Provincial a parlé. Tout est encore confus sur les causes de l'enlevement de nos frères. Personne n'est même sûr qu'ils soient encore en vie, puisque personne ne les a écoutés crier au secours. Ici à Ouagadougou, après la neuvaine lancée dernièrement, nous continuons de prier spontanément pour la libération de nos frères. C'est l'unique recours, me semble-t-il pour que le Seigneur lui-même brise les chaînes. P. Paulin K. VYAKUNO-WA-KARONGO, AA

    RépondreSupprimer