mardi 7 avril 2015

UN JEUDI SAINT COLORÉ DE L’INSTITUTION DES ACOLYTES ET LECTEURS



Fr. Jean-Glory reçoit la Bible du régional JM Vianney
 En ce soir du jeudi 2 avril 2015 où l’Église universelle fête la Sainte cène de Notre Seigneur Jésus Christ, la communauté Assomptionniste Emmanuel d’Alzon de Kinshasa, en communion avec l’Église universelle, célèbre cette fête dite des prêtres, la fête de l’institution de l’Eucharistie. Au cours de la célébration, seize frères ont été institués lecteurs et huit acolytes.
À 17 heures 30 minutes a commencé l’Eucharistie. Elle a été présidée par le Père Jean-Marie Vianney Thaliwatheka, supérieur régional de Kinshasa, entouré de 6 prêtres membres de la communauté. Les autres membres de la communauté, les proches parmi lesquels les religieuses Oblates de l’Assomption, ont activement pris part à cette célébration. Dans la monition d’ouverture comme dans son homélie, le président de l’Eucharistie a rappelé que ce jeudi saint est une grande fête, la fête des prêtres. Plus précisément dans son homélie, il a insisté sur l’humilité et le service de Jésus, prêtre par excellence.
Jésus, disait le prédicateur, se fait humble serviteur. Il se met à genoux pour laver les pieds de ses disciples. Par son humilité et son service, il ne donne pas simplement un exemple en caractère pédagogique à ses disciples, car ce serait pure caricature des actes caritatifs, pure mise en scène. Bien au contraire, Jésus en lui-même, sa vie tout entière est pur exemple. C’est lui le modèle d’humilité et de service. Humilité et service sont comme pierre angulaire de son message. Comment découvrir l’humilité et la serviabilité chez les hommes ?
En effet, dans la société, certains hommes sont humbles mais ne sont pas serviables ; d’autres sont serviables, mais ne sont pas humbles ; d’autres encore ne sont ni humbles ni serviables. Il y en a qui sont à la fois humbles et serviables. Pour être humble et serviable, il faut développer une mémoire historique, comme nous a rapporté la première lecture. Selon cette lecture, Israël transmet sa mémoire à toutes les générations en célébrant la pâque. Ainsi chaque génération se sent-elle concernée par cet événement pascal mémorable. Pour être humble et serviable, a continué le prédicateur, il faut lutter contre la division, comme nous indique la deuxième lecture. Cette lecture nous montre que nous sommes tous frères. Notre identité est d’être hommes de communion. D’où le sens de l’Eucharistie et de ce jeudi saint.
En ce jour, Jésus lave les pieds de ses apôtres, travail d’esclave, et nous invite par ce fait à faire de même. Par ce geste humble, Jésus veut passer de la conception pyramidale de nos sociétés à la conception circulaire, celle du corps dont chaque membre joue son rôle. Les responsables sont par là appelés, aujourd’hui, à se mettre humblement au service des autres sans les catégoriser comme sur une toile d’araignée. Ils vont accepter de se mettre à genoux et de servir leurs frères, comme l’a fait le Christ. Telle est la vocation du prêtre, de l’acolyte, du lecteur. Chacun doit exercer son ministère en étant à genoux. Il en est de même pour tous les autres chrétiens.
S’agissant de l’acte de laver les pieds, le prédicateur a procédé à la mise en application de la conception circulaire de services à rendre humblement les uns aux autres. Il a lavé le pied du premier frère. Celui-ci a lavé celui du suivant et ainsi de suite jusqu’aux autres membres de l’assemblée. Puis l’on est passé à la collation des ministères.
Seize frères ont été appelés par Père Vincent Leclercq, représentant le supérieur local, le Père Michaël Tsongo, pour recevoir le lectorat. Il s’agit des frères Akelessim Fabrice, Chibalonza Marc, Dokoui Vivien, Lidaou Armand, Lutunde Marius, Sikulisimwa Heshima, Kasambya Moïse, Mowavingi Erasme, Safari Gerlace, Kaghoma Dieusé,  Asina Willy, Kyakere Josué, Vahoterana Éric, Mukwama Jean-Glory, Badese Toussaint-Flavien et Musosotya Jean-Paul. Après l’appel, le supérieur régional a montré à ces élus ce en quoi consiste leur ministère. Il a prié pour eux, puis il leur a remis, en tour de rôle, l’instrument de leur ministère, la sainte Bible en prononçant cette formule : « Frère N. Recevez le livre de la sainte Écriture et méditez fidèlement cette Parole. Qu’elle s’enracine dans votre cœur et qu’elle fructifie dans le cœur des hommes. » Le lauréat répondait : « Amen ! »
Ceux qui ont été appelés à l’acolytat, les frères Houssou Georges, Mutahya Augustin, Maliyabwana Uzima ni mali, Kishindo Aymar, Muhumbania Valère Dubois, Mathe François, Sezouhlon Lucas et Mbwamosi Donatien ont suivi la procédure semblable à celle des lecteurs avec ceci de spécifique : Ils ont revêtu le surplus, ils ont reçu le pain et la coupe de vin l’un après l’autre pendant que le supérieur régional prononçait cette formule : « Frère N. Reçois ce pain et cette coupe de vin pour la célébration de l’Eucharistie et montre-toi digne de servir la table du Seigneur et l’Église. »
À la fin de l’Eucharistie, 20 heures, les convives ont partagé le repas de fête agrémenté par les pas de danse dans la cour de la communauté. Ceux qui ont été institués lecteurs et acolytes viennent d’enter en exercice par le fait même de cette institution. Nous leur souhaitons bonne chance et fructueux ministères.
Frère Sadiki Kambale Kyavumba, a.a.

3 commentaires: